Les folles aventures de
explorateurs de bières
Écrit par Kouros

Amateur du verbe léger, Kouros est le maitre fermenteur de la Nébuleuse. Ses origines de brasseurs allemands et des études au Royaumes-Uni, révélèrent rapidement en lui des prédispositions bras...

Probablement la plus vielle boisson alcoolisée au monde, la bière se décline en une quantité de variétés, qui par ailleurs ne cessent de croître. De la boisson à base d’orge ou de miel fermenté il y a de ça des millénaires, aux hybrides de nos jours, la bière s’est répandue, telle u

Probablement la plus vielle boisson alcoolisée au monde, la bière se décline en une quantité de variétés, qui par ailleurs ne cessent de croître. De la boisson à base d’orge ou de miel fermenté il y a de ça des millénaires, aux hybrides de nos jours, la bière s’est répandue, telle une nébuleuse, à travers les âges et les genres. Elle y a crée son propre monde de saveurs et d’amertumes, où tous les goûts sont permis (si l’on ne se laisse pas décourager par le Diktat du Reinheitsgebot) et où la fermentation règne en maître suprême.

 

Cependant, malgré toutes ces belles paroles, lors de ces dernières décennies, nombres de styles se sont éclipsés face au mastodonte qu’est la pale lager. Poussée à l’extrême, la lager industrielle (la plus populaire encore de nos jours) a atteint, gastronomiquement parlant, des sommets de neutralité. L’image même de notre boisson favorite s’est, contre son gré, faite entrainée dans les bas fonds de la consommation : on boit de la bière pour se rafraichir tout en se saoulant. Non pas pour déguster, ni apprécier.

 

Mais les temps changent ! Les mentalités évoluent et de plus en plus d’adeptes de la production artisanale se font entendre. Buvons les pour ce qu’elles sont et pour ce qu’elles apportent, ces bières. Les différents styles se marient parfaitement à de nombreux mets, se sirotent dans nombre de situations. Pourquoi ne pas déboucher une Caribrou ou une Krausen de Noël avec quelques tranches de gâteau tyrolien ? Vous m’en donnerez des nouvelles !

 

Le brassage artisanal réussit donc, petit à petit, à se démocratiser de par son innovation, sa passion pour le produit et sa poursuite de la qualité. De plus en plus de brasseurs – qui par ailleurs ont souvent débuté comme amateurs dans leurs cuisines/garages – osent inventer, créer, mélanger. Avec une telle explosion de styles le monde de la bière artisanale a de beaux jours devant elle, retrouvant sa place légitime au sommet de la hiérarchie culinaire.

 

Pour terminer je me permets de paraphraser notre cher collègue Arthur, qui différenciait les brasseurs artisanaux des industriels : le brasseur industriel cherche à maximiser son débit tout en minimisant ses coûts, alors que le brasseur artisanal tente de maximiser la qualité de son produit tout en minimisant l’inefficacité que cela peut entrainer. La qualité n’a pas de prix !

K.

Quelques liens:

http://www.brewersassociation.org/pages/about-us/history-of-craft-brewing

http://www.brewersassociation.org/pages/business-tools/craft-brewing-statistics/craft-brewer-defined

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×